Workers : « Dans ce film, je raconte mon Tijuana à moi… »

Poster un commentaire

12 novembre 2013 par biblistudio

Workers_portrait_w193h257[1]Les propos ci-dessous proviennent d’un article du journal Vocable Espagnol N°659 nov 2013. Il s’agit d’extraits d’une conversation entre la journaliste Tatiana Dilhat et le réalisateur José Luis Valle du film Workers, interviewé lors du dernier festival de Biarritz.

V.O. : Il y a une séquence fixe dans le film, d’environ dix minutes qui filme la vie d’une rue de Tijuana et pendant laquelle le spectateur devient quasiment un des piétons de la ville…

J.L.V. : Cela a été un sujet de polémique pour la production parce que cette séquence n’apporte rien à la narration mais cela a été mon défi personnel. Dans ce film je raconte MON Tijuana telle que je le ressens, pas comme dans les journaux télévisés où il est présenté comme un lieu de perdition. Cette rue est au centre de Tijuana et c’est le théâtre du monde […]

V.O. : Et c’est facile de tourner à Tijuana ?

J.L.V. : Tijuana est une ville où on tourne beaucoup. Quand nous tournions il y avait cinq autres tournages en cours. Des films d’Hollywood avec les narcos et les prostituées typiques. Mais ce que je voulais c’est que le film soit totalement tijuanais avec des acteurs, figurants et extras de Tijuana. Ce fut une expérience très plaisante […]

V.O. : Le film dépeint également avec beaucoup d’humour l’esthétique particulière des narcotrafiquants…

J.L.V. : Oui, mais, attention, il n’est jamais dit qu’ils sont narcotrafiquants ! Moi j’ai voulu que le sujet tourne autour du thème, par des suggestions, parce que l’on ne sait pas d’où vient l’argent des propriétaires de la maison. Nous tournons dans un quartier de maisons de luxe de Tijuana. Souvent les narcotrafiquants voient des maisons luxueuses en Californie, ils prennent une photo et disent à l’architecte « faites la même maison à Tijuana pour ma maman ». Mais les deux histoires qui m’ont inspiré en réalité n’ont pas eu lieu au Mexique : l’une aux U.S.A et l’autre en Allemagne. C’est là qu’une femme a légué sa fortune à un chien.

Advertisements

commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

la bibliothèque

contact presse :

biblistudio [at] gmail.com

entrez votre adresse mail ci-dessous :

%d blogueurs aiment cette page :