dernière acquisition : Tours, capitale du court métrage

Poster un commentaire

20 juin 2015 par biblistudio

Tours_capitale_courtmetrageL’intention de ce livre est, comme le précise l’auteur, « de retrouver l’évènement, le revivre, participer à sa pérennité ».
Au début des années 50, rentrant du Festival de Cannes, l’initiateur de la Fédération centrale des cinés-clubs (FCCC) et le directeur du CNC ont l’idée de réhabiliter les films courts, parents pauvres du 7ème art, diffusés jadis en première partie des longs métrages au cinéma. De son côté, la ville de Tours souhaite organiser une manifestation culturelle qui se déroulerait chaque année.
De leurs rencontres naissent « Les Journées internationales du court métrage de Tours » qui, à leur commencement en 1955 sont le seul festival en France consacré exclusivement au film de court métrage ainsi considéré comme une oeuvre à part entière. De nombreux pays y seront représentés et montreront diverses sortes de films : films de cinéastes, de scientifiques, d’amateurs, d’animation, publicitaires, pour enfants. Un marché du film proposera des séances « para-officielles ».
Un jury rassemblera des personnalités diverses : tourangeaux prestigieux (Max Ernst ou Jules Romains), artistes internationaux (Francis Poulenc, Man Ray, Marguerite Duras ou Patricia Highsmith) et récompensera des cinéastes alors débutants : Chris Marker (1956), Robert Enrico (1961), Roman Polanski (1962)…
Toute la ville de Tours s’animera alors à l’heure du cinéma, organisant de nombreuses expositions et les personnalités afflueront : François Truffaut, Alain Resnais, Agnès Varda… 200 journaux seront accrédités chaque année représentant la presse du monde entier.
D. Mazany raconte le déroulement du festival émaillant son récit d’anecdotes pittoresques mettant en scène des lieux bien connus des tourangeaux : L’Olympia, l’ABC et… les Studio où des films seront projetés en 1970 et 1971.
Les raisons de la disparition du festival en 1972 sont complexes et ne tiennent pas seulement, d’après l’auteur, à l’attitude du maire de l’époque, Jean Royer.
L’évocation de ce festival intéressera anciens et nouveaux cinéphiles car il appartient au patrimoine culturel de la ville de Tours et fait désormais partie de son histoire.
Très documenté grâce à différentes archives (notamment celles de la bibliothèque des Studio), ce livre, paru en 2015, rend hommage à un festival d’hier qui a donné au film de court métrage ses lettres de noblesse.

Une des dernières acquisitions de la bibliothèque, ce livre peut être emprunté ou consulté sur place.

Donatien Mazany. Tours, capitale du court métrage – les Journées internationales du court métrage de Tours, 1955-1971, Éditions Anovi 2015 à la cote 791.439.44 MAZ

Publicités

commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

la bibliothèque

contact presse :

biblistudio [at] gmail.com

entrez votre adresse mail ci-dessous :

Priceminister

Priceminister Bibliothèque
%d blogueurs aiment cette page :