Cinémas du monde dans nos rayonnages

Poster un commentaire

21 novembre 2015 par biblistudio

CinemasDuMondeLa bibliothèque des Studio possède une collection d’environ 280 volumes sur les Cinémas du monde. Un rapide coup d’oeil et l’on constate que les livres en question sont regroupés par grandes régions avec un sous-classement par pays. Le cinéma français comporte plus de 60 volumes suivi de près par les USA avec une cinquantaine de titres. On note qu’y figurent moins d’une quinzaine de pays, en grande majorité des pays économiquement développés. Les volumes ayant été acquis progressivement, choisis par des personnes différentes dans le souci d’offrir aux lecteurs une représentation équitable du cinéma d’hier et d’aujourd’hui de par le monde, on en conclut que les cinémas nationaux ont surtout prospéré dans les pays riches.

De fait le cinéma s’est allumé en France en 1885, fruit des avancées techniques de l’ère industrielle (électricité, enregistrements de l’image puis du son). Cette étincelle a promptement embrasé l’Europe occidentale ; très vite elle s’est propagée aux USA alors que ce pays se hissait en tête du peloton des nations industrialisées. Ensuite elle a progressé en étoile vers l’Extrême-Orient et d’abord au Japon, le premier pays asiatique à avoir maîtrisé ces nouveaux outils. Après la dernière guerre elle a gagné les pays nés de la décolonisation. Quelques-uns de nos livres en témoignent : Le cinéma géorgien, Hong-Kong cinéma, le Cinéma au Mali... Et actuellement des cinémas continuent à naître à fur et à mesure que s’affirment les nations concernées : Thaï cinéma, Cinéastes d’Afrique noire… Malgré la variété des titres on s’aperçoit que ceux-ci s’articulent autour de deux approches distinctes. Soit l’auteur expose l’histoire d’un cinéma national à la manière d’une encyclopédie. Soit il se focalise sur un thème propre à ce pays, concernant la culture, l’histoire, une tradition, une question sociale locale. En voici quelques exemples glanés aux 4 coins du monde : Société et cinéma : les années 1960 en Grande-Bretagne, Le cinéma italien à l’ombre des faisceaux : 1922-1945, Israéliens et Palestiniens : que peut le cinéma ? , Le cinéma nôvo brésilien, Le cinéma sud-coréen : du confucianisme à l’avant-garde, Le cinéma indien : la saga de Bollywood.
La production cinématographique d’un pays devient alors outil d’investigation, moyen d’analyse et de caractérisation d’une question nationale. Le septième art apparaît comme l’outil de l’anthropologue du social et du culturel. Il participe alors à l’analyse des traits caractéristiques d’un peuple, d’une culture, ou plus généralement d’un groupe social.

Ainsi donc cette collection, nous conforte dans l’idée que le cinéma est multiple, qu’il existe sous forme de foyers de création inégalement répartis à la surface de notre bonne vieille planète et qu’à l’ère des transmissions quasi-instantanées il demeure « un moyen de transport qui traverse le temps et l’espace. »

Advertisements

commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

la bibliothèque

contact presse :

biblistudio [at] gmail.com

entrez votre adresse mail ci-dessous :

%d blogueurs aiment cette page :