l’affiche d’octobre 2016 : Les Amants du Pont-Neuf

Poster un commentaire

15 octobre 2016 par biblistudio

amantspontneufL’amour a-t-il besoin d’être tourmenté pour exulter ? Faut-il souffrir pour qu’il soit beau, puissant ? C’est le postulat que Léos Carax délivre avec ses Amants du Pont-Neuf. Sorti en 1991, le film nous plonge au cœur d’une rencontre, celle d’Alex (Denis Lavant) et Michèle (Juliette Binoche), deux marginaux qui s’aiment d’une façon quasi-destructrice, pour de mauvaises raisons, chacun entraînant l’autre dans sa sombre folie.

La particularité de l’affiche du film est d’être née sous les doigts de Juliette Binoche puisque c’est elle qui l’illustre. Peintre dans le film, peintre accomplie dans la vie puisqu’en 2008 une exposition regroupe une série de portraits des réalisateurs avec lesquels elle a travaillé ainsi que des personnages qu’elle a incarnés. Sa peinture est brute mais bienveillante, mélange d’ombres et de lumières, message qu’elle envoie aux réalisateurs qui ont su la désirer, lui donner ce visage à multiples facettes qu’on lui connaît aujourd’hui.

Son style, on le retrouve déjà sur l’affiche des Amants du Pont-Neuf. L’ensemble est épuré mais pas minimaliste, comme si chaque coup de pinceau traduisait un sentiment, décrivait un mouvement. L’important est là, rien de plus. Sur fond blanc, on comprend aisément que le lampadaire représente à lui tout seul le Pont-Neuf. Alex et Michèle n’occupent qu’un petit espace sur l’affiche mais ce sont eux qui attirent l’œil. Ils semblent en mouvement, en équilibre précaire, prêts à vaciller. Ils sont enfermés dans le tourbillon du cercle qui les entoure, ce tourbillon qui pourrait symboliser le cercle vicieux dans lequel les personnages semblent prisonniers, l’œil du cyclone qui dévaste tout sur son passage.
L’unique tache de couleur est apportée par le gilet jaune que porte Michèle une partie du film. Il donne une allure presque enfantine au personnage de l’affiche, renforcée par le mouvement des bras et les cheveux qui volent. Sortie de son contexte, on pourrait trouver qu’il y a de l’insouciance dans cette silhouette qui contraste avec celle d’Alex, au graphisme torturé.
Le titre enfin, renforce le sentiment de noirceur. Il y a de la dureté à voir le mot Amants écrit en noir, souligné d’une ombre grise, comme s’il nous disait que finalement il n’y a pas d’amour heureux.

Publicités

commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

la bibliothèque

contact presse :

biblistudio [at] gmail.com

entrez votre adresse mail ci-dessous :

Priceminister

Priceminister Bibliothèque
%d blogueurs aiment cette page :