fonds documentaire : Histoire de l’affiche

Poster un commentaire

6 février 2019 par biblistudio

Moyen de publicité par excellence du 20ème siècle, l’affiche de cinéma a toujours un pouvoir attractif fort, malgré l’omniprésence de la communication numérique. Son aspect séduit ou intrigue, elle suscite l’envie, elle perpétue le souvenir d’un moment d’émotion. Force est donc de constater qu’elle participe au plaisir du cinéma, avant et après la vision du film.
Elle apparaît à la fin du 19ème siècle lorsque le cinéma devient une industrie. Les films sont très courts à cette époque, le but de l’affiche est de vanter le cinéma lui-même. La première génération d’affichistes réellement spécialisés dans le cinéma se met en place après la Première Guerre Mondiale. L’affiche est alors le seul outil promotionnel du film. Le budget qui lui est alloué est conséquent et permet de faire appel à des artistes talentueux. Au fil du temps, les techniques mises en œuvre passent de la sérigraphie à la lithographie puis à l’offset. L’affiche reste longtemps le dernier maillon de la chaîne dans la réalisation et la sortie des films.

Puis les moyens publicitaires se multiplient : magazines spécialisés, radio, télévision et de nos jours bandes annonces disponibles à tout moment sur internet. L’affiche disparaîtra-t-elle dans sa version papier, comme ont disparu pratiquement tous les dossiers de presse à destination des médias ainsi que les affiches différentes ». On note tout de même deux constantes : la couleur du fonds (blanc : la comédie, noir : le polar, bleu : les animaux, rouge : la comédie romantique…) et le visage des acteurs en gros plan, surtout s’ils sont très connus. Écoutons deux autres artistes donner leur avis. Pour Léo Kouper, une définition idéale : « visibilité, simplicité, originalité, efficacité ». Folon précise : « Lorsque je fais une affiche, ce n’est pas une critique du film mais ma façon de ressentir le film. J’essaie en une image de suggérer un univers ». Bien qu’elle soit toujours réalisée pour vendre le film, la qualité de l’affiche est indépendante de celle du film. Combien de belles affiches pour des navets et à contrario, combien d’illustrations sans intérêt pour de beaux films qui auraient mérité mieux ?
L’affiche peut devenir une oeuvre d’art quand le film n’est plus d’actualité et les prix de vente des affiches originales peuvent s’envoler : 500 euros pour Halloween (1978) de John Carpenter. Bien qu’éphémère elle devient alors intemporelle.

Profiter du fonds documentaire des Studio
Tous les ans au mois de mai, lors de la Nuit des Studio, le cinéma met en vente des affiches de films sortis en salles dans les 20 dernières années. De plus si vous êtes abonné aux Studio et/ou à la bibliothèque, nous vous donnerons avec plaisir des affiches plus anciennes (+20 ans) que vous aurez choisies dans le surplus de notre stock, disponible au sous-sol de la bibliothèque. Depuis 55 ans, la bibliothèque des Studio a réuni plus de 11 500 affiches. À ses heures d’ouverture*, vous pouvez venir les admirer : soit lors d’expositions thématiques à l’étage soit en découvrant une sélection de belles pièces au sous sol.
Plusieurs livres retraçant l’histoire de l’affiche de cinéma sont à votre disposition dans nos rayonnages, notamment une magnifique rétrospective des affiches de films italiens.

*tous les jours sauf mardi et dimanche de 15h30 à 19h30

commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

la bibliothèque

contact presse :

biblistudio [at] gmail.com

entrez votre adresse mail ci-dessous :

Priceminister

Priceminister Bibliothèque
%d blogueurs aiment cette page :