Le cinéma français – Introduction

Poster un commentaire

4 septembre 2019 par biblistudio

Le cinéma n’est pas seulement un art, on ne peut l’isoler de ses conditions économiques de production et de commercialisation.
Chaque pays a créé un modèle spécifique et le cinéma français quant à lui, même s’il est éternellement « en crise », n’a jamais arrêté de produire des films alors que l’existence des autres cinémas européens a été plus sporadique.
Le mode de production français est original et perfectionné avec (encore aujourd’hui mais pour combien de temps ? ) une tutelle de l’État acceptée sur les structures de production et l’encadrement du marché.

Nous souhaitons consacrer plusieurs articles à l’histoire du cinéma français, un rendez-vous que nous vous donnerons chaque mois pour mieux le connaître et s’interroger sur sa pérennité.
Car, pour certains, le 7ème art n’aura été que celui du 20ème siècle, bousculé par les nouvelles technologies et nouveaux modes de production et de distribution des images animées.
Même s’il a été, à ses débuts et pendant quinze ans, le premier cinéma mondial, le cinéma français est toujours l’un des cinq plus importants au monde. Jean- Pierre Jeancolas dans son livre Histoire du cinéma français (qui va nous servir de trame à cette série d’articles) déclare : « la production française d’une année est comparable à un iceberg », et on peut ajouter que les historiens ne retiennent que sa partie immergée.
Actuellement la production nationale est d’environ 300 films par an, la critique n’en considère qu’une douzaine d’importants, car il ne faut pas confondre valeur artistique et rentabilité commerciale. Nous verrons donc par quelles étapes le cinéma français est passé : du muet au parlant, de l’occupation allemande à la « qualité française » puis à la « nouvelle vague », puis sa résistance à la télévision, à Hollywood, à Internet et ses perspectives d’avenir.

Le mois prochain :
Lumière, Mélies, Pathé, Gaumont sont connus du public mais la plupart des pionniers du cinéma sont tombés dans l’oubli. Nous relaterons les premières étapes de ce nouvel art jusqu’à l’arrivée du parlant à la fin des années vingt.

commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

la bibliothèque

contact presse :

biblistudio [at] gmail.com

entrez votre adresse mail ci-dessous :

Priceminister

Priceminister Bibliothèque
%d blogueurs aiment cette page :