vidéo en poche : Le Caire confidentiel

Poster un commentaire

9 février 2020 par biblistudio

Le Caire confidentiel
Film de Tarik Saleh | Suédois, Allemand, Danois
Sortie : 2017 | Durée : 1h51
Avec : Fares Fares, Mohamed Yousry, Hichem Yacoub

Sur fond d’événements historiques – les débuts de la révolution égyptienne de 2011 qui débouchera sur la destitution du président Hosni Moubarak – Le Caire confidentiel raconte l’enquête menée par l’inspecteur Noureddine Mostefa sur la mort d’une jeune chanteuse retrouvée assassinée dans la chambre d’un hôtel de luxe. Salwa, migrante soudanaise et femme de ménage, a vu sortir un homme de cette chambre, quelques minutes avant le meurtre puis y a entendu l’assassin. Paniquée, elle se cache.
Dès le début Tarik Saleh plante le décor : la corruption est monnaie courante et le milieu de la police n’y échappe pas. Au cours des premières constatations sur les lieux du crime, un inspecteur se fait livrer un en-cas en précisant « vous mettrez ça sur le compte de la chambre » tandis que Noureddine, glisse dans sa poche les billets que le portefeuille de la victime contenait. Avant cela, on l’avait vu racketter divers commerçants de la ville.
L’atmosphère de la ville s’impose à nous : vivante et bruyante, sous sa chape de pollution et de poussière. On devine vite que ce meurtre va poser problème et qu’il touche de près des personnalités en vue et proches du pouvoir en place. Deux destins que le meurtre a mis sur la même route, se battent avec leurs moyens pour sortir indemnes de cette histoire. Le premier est un notable, protégé par l’immunité parlementaire, qui craint le scandale par-dessus tout. L’autre est la femme de chambre du Hilton, présente au moment du meurtre, qui a peur pour sa vie. Rapidement, l’affaire est classée et la victime déclarée comme suicidée. Malgré l’injonction qu’il a reçue de stopper ses investigations, Noureddine s’obstine à poursuivre cette enquête. Peu à peu, l’homme corrompu se rend compte que les arrangements auxquels il a pris part pourraient bien lui être fatals.
Le suspens s’installe dès le début du film et tient la route jusqu’au dénouement final. Personne ne peut compter sur personne et de chausse-trappe en trahison, chacun avance ses pions avec prudence. Le poids des injustices et de la corruption laissent des doutes quant à l’issue de cette affaire. Le final attendu du film n’est d’ailleurs pas « qui a tué ? », car on le sait assez vite mais est-ce que la vérité peut triompher dans un système où c’est l’argent des bakchichs et les intérêts personnels de quelques uns qui régit tout ?

Au-delà d’un polar noir très réussi, Tarik Saleh dresse le portrait d’une Égypte gangrénée dont le peuple ne veut plus. Le scénario est inspiré de l’histoire vraie de l’assassinat d’une chanteuse libanaise à Dubaï, raison pour laquelle son tournage n’a pas été autorisé en Égypte mais s’est déroulé au Maroc.
Mention spéciale pour Fares Fares qui donne du charisme à son personnage, avec « sa gueule » inoubliable et son jeu flegmatique d’anti-héros.

commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

la bibliothèque

contact presse :

biblistudio [at] gmail.com

entrez votre adresse mail ci-dessous :

Priceminister

Priceminister Bibliothèque
%d blogueurs aiment cette page :